PROJET ECHANGE CULTUREL FRANCE BRESIL

Photos

Connexion France Brésil 2015
Força meus amigos

 

Videos


Articles


Extrait du journal Nord Eclair du 24 Octobre 2014 :

Wattrelos: les jeunes de la Maison pour tous préparent leur départ au Brésil

 Cette fois-ci, c’est l’association brésilienne Zulu Nation de Rio de Janeiro qui est au programme pour l’été 2015. Une première réunion a été organisée, mercredi après-midi, à la Maison pour Tous.
Cette fois-ci, c’est l’association brésilienne Zulu Nation de Rio de Janeiro qui est au programme pour l’été 2015. Une première réunion a été organisée, mercredi après-midi, à la Maison pour Tous.

Des jeunes de la Maison pour tous se sont rendus au Québec pour rencontrer des acteurs de la citoyenneté, sociologues, élus et responsables d’associations. Le résultat des diverses tables rondes et échanges a été retranscrit en musique et en dialogue théâtral. Les prochains se préparent à partir, cette fois-ci, au Brésil.

Cette fois-ci, c’est l’association brésilienne Zulu Nation de Rio de Janeiro qui est au programme pour l’été 2015. Une première réunion a été organisée, mercredi après-midi, à la Maison pour Tous. «  Les jeunes s’engagent à s’impliquer dans un projet de longue durée  » expliquent Morad Chelbi, le directeur de l’ALSH et César-Paulo Massano, le coordinateur de l’association roubaisienne DA MAS : «  la thématique tournera autour des addictions et nous souhaitons rencontrer des structures de prévention soins et santé brésiliennes.  » Plusieurs jeunes de 18 à 25 ans se sont déjà portés volontaires pour l’opération et se sont engagés à participer à l’autofinancement du projet à travers des événements qui auront lieu tous les deux mois avant le départ.

Un comité de pilotage devrait rencontrer les partenaires du projet (municipalité, Acti’jeunes) avec des professionnels de santé et de structures culturelles deux fois par mois. «  Il est important pour nous que la parité soit observée dans le groupe  » poursuit César-Paulo Massano. Ce n’est pas Mathilde, Melinda, Aïssata et Alwa qui s’en plaindront. Kamel lui, partira en éclaireur trois mois avant les autres -dans le cadre du service civique. «  Cet échange a un coût élevé est nous sommes à la recherche de nouveaux partenaires dans le public ou dans le privé pour nous aider  », ont conclu les responsables. Une initiative qui demande sans aucun doute à être encouragée.

PAR MARTINE DESPRETZ (CLP)